Une technique parmi d’autres, pour celles et ceux qui veulent éviter la technique « je prends le dernier dièse, je soustrais 1, j’ajoute une tierce, je fais une pirouette et je multiplie par 7 ».

Avantages :

  • on part de 7b, jusque 7#, et la logique d’échelle des quintes est évidente.
  • Du coup, les tonalités avec plein d’altérations n’ont plus l’air si diaboliques…
  • La première fois que vous leur ferez, ils feront des yeux tous ronds, effrayés par la vitesse que vous exigez d’eux. Ensuite, ils se rendront compte que « c’est pareil que l’ordre des dièses » et que c’est presque aussi vite appris que l’ordre des dièses et l’ordre des bémols…
  • En un cours, tout le monde connait l’ensemble de l’échelle des quintes.

Avant d’apprendre ça :

  • Il est évidemment utile d’apprendre l’ordre des bémols et des dièses avant (là, tout le monde le fait déjà par coeur).
  • Il faut comprendre ce qu’est une quinte juste, et la particularité de la quinte si-fa (diminuée – ce qui expliquera que c’est à cet endroit qu’on change d’altération dans l’échelle des quintes).

Les pièges :

  • certains élèves ont tendance à plier le premier doigt dès qu’ils commencent à réciter… Ce qui fait qu’ils se retrouvent décalés dès la première tonalité. Do b Majeur a bien 7 bémols ! 😉

Usage :

  • Identifier la tonique et remarquer l’armure du morceau à analyser.
  • Réciter les armures en Majeur, et s’arrêter sur l’armure correspondante (d’où l’intérêt des doigts – voir video). Si ça ne colle pas, recommencer en mineur.
  • Vérifier (selon le niveau : gamme, cadences, …) – il pourrait s’agit de musique modale, atonale…